livre jeunesFayard, 2001-2002. Collection « Les Pacom » 48 pages
Dessins de Bruno Vacaro. A partir de 8 ans.

Une série de 12 titres:
1.Que la fête commence !
2. Aimez-vous le chien ?
3. Doukipudonktan ?
4. Désobéis, je t’en prie !
5. Zéro savon.
6.La robe de mon père.
7.Sac à puces.
8.Noyeux joël !
9.Libérez les cochons !
10.Rien à foot !
11.Maboul de cristal.
12.Je m’appelle Madonna.

 

LE MONDE DES LIVRES (6 septembre 2001)

Fayard, une rentrée pas comme...

L'éditeur se lance dans le secteur jeunesse avec "Pacom" une collection présentée comme "un Petit Nicolas revu et corrigé par Attac".
Aquoi bon lire, demandait Kafka, si "le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un coup de poing sur le crâne"?Fayard a fait sienne cette devise. Pour son arrivée dans l'édition Jeunesse, mardi 11 septembre, l'éditeur publie six petits ouvrages qui "mordent", "piquent" et dérangent. Des livres contre le "prêt-à-penser" qui voudraient enseigner aux enfants la liberté d'être eux-mêmes.
La collection s'appelle "Pacom", ce qui n'est pas une nouvelle adresse Internet, mais l'abréviation de "pas comme". Car au grand dam de leurs rejetons, M. et Mme Pacom ne font rien comme tout le monde, prétendant ainsi initier leurs enfants, Jupiter et Lucrèce, à la réflexion philosophique et à la responsabilité politique.
C'est Henri Trubert, "M. antimondialisation" chez Fayard, qui a pris les rênes de cette aventure. L'éditeur de Guy Debord s'est laissé séduire par l'idée de faire "un Petit Nicolas revu et corrigé par Attac". "Nous sortons de vingt ans de non-pensée politique, explique Henri Trubert. Les années 1980 et 1990 ont fait disparaître toute approche fondamentalement critique. L'idéologie néolibérale a fleuri dans un système mimétique et réductionniste. "Pacom" veut mettre les points sur les i en critiquant cette non-pensée, en proposant aux jeunes citoyens d'autres façons d'envisager le monde."
On pouvait faire confiance à Virginie Lou et à Joseph Périgot, les initiateurs du projet, pour saupoudrer ces premiers titres de toute l'insolence et la tendresse voulues. Tous deux éditeurs - Joseph Périgot a notamment créé la collection de petits polars "Souris noire" chez Syros - et romanciers - on a gardé en tête le bel Eloge de la lumière au temps des dinosaures de Virginie Lou chez Actes Sud —, ils ont aussi signé, l'un et l'autre, des dizaines de livres pour enfants.
On se souvient de la collection "Philo Seuil", de Joseph Périgot, ou de la délicieuse série des Marguerite (Marguerite et la métaphysique, Marguerite et la politique) chez Actes Sud "junior", qui témoignaient déjà, chez ces nouveaux duettistes, du souci d'offrir de quoi faire réfléchir sans en avoir l'air.

Respect de l'autre, vie en communauté (Désobéis, je t'en prie), tristesse ou conformisme de certaines institutions scolaires (Que la fête commence), relativité des coutumes vestimentaires (La Robe de mon père), des habitudes alimentaires (Aimez-vous le chien ?), culturelles ou d'hygiène (Zéro savon), manie ruineuse des marques chez les jeunes (Doukipudonktan) : tout est passé au crible critique de ces parents peu ordinaires, sinon totalement loufoques, qui, au risque de faire honte à sa progéniture, prennent systématiquement le contre-pied de toute idée reçue. "Ne prends rien pour argent comptant, juge par toi-même, ne deviens pas un mouton": telle pourrait être notre devise à l'adresse des enfants, explique Joseph Périgot, évoquant son passé de soixante-huitard. Sur des scénarios de son cru, Virginie Lou a trouvé la distance caustique et humoristique qui donne le "la" de la collection. Le narrateur adresse des e-mails à ses grands-parents, ce qui autorise un langage détendu - parfois franchement rigolard - et d'abondants dialogues facilitant la lecture. Et même si l'on peut ne pas être d'accord avec le parti pris graphique, on retrouve ce côté débridé dans les illustrations de Bruno Vacaro, des images un brin provocatrices, évoquant délibérément la dynamique du dessin animé.
Rentrée scolaire oblige, l'opération de lancement des "Pacom" débute tambour battant, jeudi 6 septembre. Dix classes de CM2, soit deux cent cinquante élèves, se verront offrir le premier titre de la collection, Que la fête commence ! Mais surtout, d'Amiens à Corbeil-Essonnes, en passant par Saint-Denis de la Réunion, douze enseignants, réunis à Paris dès le mois de juin, ont accepté de jouer le jeu d'une rentrée "pacom" les autres. Quant à Lou et Périgot, ils seront, tout au long du jour J, à la disposition des enfants par visioconférence. Ainsi sera inauguré, sur Internet, l'un des premiers réseaux Ecrivains-Enseignants-Elèves.
Agriculture productiviste, SDF, frénésie consumériste de Noël : les trois prochains titres sont annoncés pour novembre. Air du temps ou effet "Pacom"? Le Seuil sort lui aussi un savoureux dictionnaire du parfait Petit Rebelle pour s'entraîner à cultiver chaque jour un fond enfoui de subversion...

Florence Noiville