Dossier de presse de "Ce qui ne peut se dire"

logo Psychologies

Le fruit d'une longue pratique


Sous-titré L'atelier d'écriture a l'épreuve du silence, cet essai est le fruit d'une longue pratique desdits ateliers. Vous trouverez dans ce texte très dense des questions et des réponses autour du processus créatif. Vous piocherez dans le rendu (parfois âpre) de ces épreuves intimes d’écrivains anonymes.

Lire la suite...

Logo

Chaque être humain porte un livre au fond de lui

 
1. Ecrire ne s’apprend pas, dit-on souvent. A vous lire, non seulement cela s’apprend mais cela doit s’apprendre si l’on veut s’ouvrir aux autres et à soi ?

D’une manière générale, il est profitable de se méfier des « on dit ». En l’occurrence, pourquoi écrire ne s’apprendrait-il pas alors que tous les arts et techniques nécessitent un apprentissage ? Cependant, ce qui s’apprend dans l’atelier n’est pas une technique. Il s’y fomente l’énergie qui va permettre à chacun d’inventer un chemin original menant au cœur de sa propre intériorité.

Lire la suite...

logo Cause Littéraire

Pour une Maison de l'Écriture


Entretien avec Virginie Lou-Nony

Virginie Lou-Nony : "La littérature est une grande fraternité, une façon pour l’homme de partager ce qu’il a de meilleur, la vie de son esprit, une vision du monde, une expérience existentielle, ce qui précisément ne peut se partager dans le tempo trop rapide de l’oralité. Les ateliers d’écriture, comme la bibliothèque, la librairie, Internet aujourd’hui, sont pour moi les hauts lieux de ces partages plus que jamais nécessaires : comment, sans la littérature, pourrions-nous supporter l’existence dans ce bal des imposteurs que nous fabrique à la chaîne le néolibéralisme ?"

Lire la suite...

logo France Info

 

Interview du 22 mars 2014, par Philippe Vallet, dans l'émission "Le livre du jour"

 

logo radio suisse

 

 Interview du 17 mars 2014, par David Colin, dans l'émission littéraire "Entre les lignes".

 

logo Matricule des Anges Traité de désobéissance civile

Avec Ce qui ne peut se dire, Virginie Lou-Nony propose une réflexion revigorante sur les ateliers d’écriture. Une approche politique de la littérature.

L’originalité de l’ouvrage réside dans le fait que c’est à partir du silence que s’amorce sa réflesion. Alors que ses coreligionnaires – François Bon (Tous les mots sont adultes), Hubert Haddad (Le Nouveau magasin d’écriture) ou Alain André (Babel heureuse) – articulent leurs ouvrages autour des genres littéraires (écrire une nouvelle, l’écriture autobiographique, théâtrale, poétique, etc.) et partent d’une forme préalable pour ensuite permettre à chacun d’aller vers sa propre pente, Virginie Lou-Nony interroge les raisons pour lesquelles écrire (ou en être empêché) repose d’abord sur une incapacité à faire sienne la langue. > Lire tout l'article

logo     Ecrire… dit Lou-Nony

Stimuler la racontouze… », Georges Perec

Elle a roulé sa bosse, Virginie Lou-Nony, comme experte en littérature, écrivain, et puis… conductrice de bateau un peu ivre, parfois, dans ses 30 années d’atelier d’écriture. Écrire, elle en connaît un bout – souvent, tous les bouts. Elle sait dire qu’avant de lire il a fallu écrire, savez-vous ! et, probablement, qu’en même temps que vivre, il faut écrire… Son livre solide et charpenté, noir et or ; beau – avec au coin de la couverture un pliage de pages ou un oiseau peut-être – s’il n’y en avait qu’un à lire ces jours-ci, ce serait celui-là. Et, ensuite, le garder sous la main, sous la plume, couvant nos écritures, modestes ou plus professionnelles – tous ! à « La Cause littéraire » ; ailleurs aussi, du reste.

Lire la suite...