Dossier de presse de "Décharges"


logo Ressources

Territoires de la dépossession

par Carole Zalberg


De livre en livre, Virginie Lou-Nony dresse une cartographie de la dépossession. Entêtée, minutieuse, indulgente avec ses personnages mais impitoyable à l’égard des forces qui les broient, elle s’immisce en effet partout où l’homme, d’une manière ou d’une autre, est écrasé, plonge dans les eaux les plus troubles, relève les reliefs les plus accidentés, les étendues les plus arides. Le sordide, le marécageux, le nauséabond sont détaillés mais aussi les beautés, les havres, le miracle des poches d’air au fond des gouffres.

Lire la suite...


logo BoojumÀ quel moment la passion devient-elle destruction ?


Tel un trapéziste, le lecteur s’envole dans l’imaginaire de Virginie, y découvre un monde vertigineux et onirique puis plonge en chute libre dans la dure réalité de la vie. Un quotidien envahi de crasse et de perversité humaine l’engloutit. Sans concession, sans censure.

Lire la suite...

logo nouvel obs

 

Tenir! Eva et Manuel n'ont que ce mot à la bouche depuis que la rizerie où ils travaillaient a fermé et qu'ils ont dû quitter le sud de la France. Devenue aide soignante, Eva fait la rencontre bouleversante de Gabriel, jeune tétraplégique; une beauté d'archange sur un corps mort. La passion qui naît entre eux lui fait délaisser mari et enfants. Ces naufragés de la vie s'aiment d'un amour fatal qui les engloutit peu à peu. Un roman fort, intense sur la relégation sociale et sur l'exil intérieur. CLAIRE JULLIARD

Logo Le MondeBouche-à-bouche

La folle histoire d'amour d'une aide-soignante et d'un tétraplégique. Virginie Lou plus ardente que jamais. – Une fuite. Loin d'un monde dévasté où les rêves ont pris l'eau, lentement pourris, grippant les moteurs vitaux de ceux qui n'ont pas eu le courage de l'exode. Eva et Manuel, eux, sont partis, loin du Sud, de la rizerie, où l'on conditionne le grain, dévastée, inondée et condamnée, pour un coin de l'Est, noyé de pluie, continûment trempé, "buté contre la frontière". LIRE LA SUITE

logo Air France MadameLa beauté de l'ange

Il a la pureté de trait d'un archange. Eva, dès la première fois, en a le souffle coupé. D'ailleurs, il s'appelle Gabriel. Est-il son salut ou sa damnation ? A la lisière du réalisme social et de l'embardée fantastique, cet amour fou raconté d'une écriture urgente, a l'intensité d'une brûlure.  LIRE LA SUITE

logo La Vie Lectures décapantes sur le handicap

Un article sur trois livres parlant de handicap, dont "Décharges". LIRE L'ARTICLE

logo Magazine LitteraireEntre Zola et Huysmans

C'est le roman d'une déclassée cherchant désespérément une manière de vivre. Avec Décharges, Virginie Lou-Nony apporte sa pierre au mouvement d'ensemble qui, au cinéma comme en littérature, fait passer la fiction de l'autre côté du politique, là où la précarité, les tensions au travail et la rugosité du quotidien font les drames intimes. LIRE LA SUITE

logo Républicain LorrainFoudroiement

Eva se débrouille pour adoucir la vie avec son mari et ses enfants. Ils ont quitté le soleil à cause d'une délocalisation économique, ils trouvent la pluie et le froid dans cette région qui pourrait être la vallée de la Fensch. Lui va de chantier en chantier, les petits sont à l'école à la va-comme-je-te-pousse... LIRE LA SUITE

logo encres vagabondesDe la vraie littérature engagée

Eva et Manuel, un couple uni et modeste avec trois enfants, travaillent dans une rizerie. Depuis les inondations et l'invasion des rats, les temps sont durs. Plusieurs mois qu'ils luttent pour éviter la fermeture de l'entreprise : la reprise reste fort improbable, les licenciements certains et la fermeture inéluctable. Grèves, occupations, actions chocs et négociations avec les actionnaires, les syndicats et les ouvriers solidaires tentent l'impossible. Mais un jour, il leur faut se rendre à l'évidence : rien ne sert de tenter de négocier avec les puissants, le sort des employés ne pèse rien face aux actionnaires, à l'argent, les jeux sont déjà faits et l'usine sera délocalisée. LIRE LA SUITE

Lire la suite...

Logo FigaroLeçon de ténèbres

Une histoire d'amour impossible du côté des "sans voix". Dans son sixième roman, Virginie Lou-Nony nous emmène du côté des ténèbres, des plaies d'âme et de chair, et des sans-voix, du côté des "amoureux de la vie avec des rêves qui pourrissent". C'est l'hiver, le couple formé par Eva et Manuel, "gens de peu", et leurs trois enfants quittent le Sud pour débarquer dans un "village trempé au milieu des forêts", en Moselle. LIRE LA SUITE

Logo BenzineL'écrit du marasme

Virginie Lou-Nony n’avait probablement pas prévu que la sortie de son nouveau roman coïnciderait avec ce temps de crise que nous vivons. Marasme économique, marasme social, marasme sentimental : les personnages de Décharges évoluent en mode survie dans un monde au bord du gouffre, du burn-out que l’auteur sait décrire avec la bile fiévreuse qu’il convient. Et qui nous secoue.

Lire la suite...

Logo La Cause Littéraire

 Il y a parfois de ces livres qui vous accrochent dès leur titre – c'est le cas de celui là – « décharges », au sens de la poubelle, mais aussi de l'adrénaline, et d'autres, bien sûr ; qui vous arrêtent par la couverture : une fillette se balance devant une maison, pas neuve, fermée, un peu abandonnée ; on ne voit de l'enfant que la tête baissée et les longs cheveux ; visage invisible. On pourrait presque se risquer à « dire » le livre, là : un balancement entre plusieurs vies, presque autiste ; des lieux difficiles, abîmés – pas un poème de fête des mères, cette histoire... qui en est pourtant une, et des plus fortes. Âmes sensibles s'abstenir, adeptes de la « bien-pensance », aussi, du reste...

Lire la suite...

Logo Femme Actuelle

L'auteur d'Eloge de la lumière au temps des dinosaures (Prix du Premier Roman) n'a pas changé de point de vue sur le monde: il est dur. Eva et Manuel quittent le Sud après un licenciement et vont s'installer dans le Nord. Eva, devenue aide-soignante, s'étiole et va se réfugier dans une relation singulière avec un jeune handicapé. Le livre dresse le bilan d'une société partie à la dérive, mais trace aussi la carte complexe des sentiments. Edifiant. C. R.

________________________________________________________________________________________________________

Logo Livres Hebdo

Bouche à bouche

Disons-le tout de suite : Décharges est un roman sans soleil, qui glace comme la pluie tombant sans discontinuer sur la campagne du nord qui lui sert de cadre. Poisseux et têtu comme le malheur, mais que la phrase bandée de colère sèche de Virginie Lou-Nony empêche de tomber dans le drame larmoyant. C'est la force des histoires de l'auteur d' Allegro Furioso (Joëlle Losfeld, 2007) : sauver ses personnages en les enveloppant d'une couverture de dignité qui leur fait comme une armure et une parure. Qui réchauffe un peu la nuit de leurs vies. LIRE LA SUITE

Lire la suite...

logo blog MediapartLes migrations souterraines 

Le monde d'Eva a chaviré. Après une multitude d'exils comme autant de petites morts, elle a atteint son nord intérieur et passé une invisible frontière. Sans retour possible. La vieille peau qui ne tenait plus qu'à peine a été déposée avec le reste, le mari, les enfants, la position sociale, la réputation, les responsabilités... Au bout de cet étourdissant voyage, deux mots, à peine : Tant pis. Un soupir, un faible soupir. Et alors, plus besoin d'aller fouiller dans la langue jusqu'à cette poche enfouie dans l'enfance où tout se tait. Il n'y a plus rien à dire, à personne. Il n'y a plus rien.  LIRE LA SUITE

 

toutelaculture logoLa poésie crépusculaire de Virginie Lou-Nony

Virginie Lou-Nony signe avec « Décharges » (dans la rentrée d’hiver d’Actes Sud) un texte bouleversant sur ces « immigrés de l’intérieur » que sont ceux et surtout celles qui se retrouvent à la merci d’un moindre ragot pour perdre leur emploi. Un livre sur la brèche, entre le vivant et le mort, la famille, la passion et la solitude, et qui laisse son personnage principal vide, « KO debout ». Terrible et terriblement beau.

Lire la suite...